Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Concert de Noël

décembre 21 @ 19 h 00 min - 22 h 00 min

Navigation Évènement

CATEGORIE A : coté droit de la scène transept
CATEGORIE B : coté gauche de la scène transept
CATEGORIE 1 : première moitié de la nef face à la scène
CATEGORIE 2 : deuxième moitié de la nef face à la scène
CATEGORIE 3 : allées droite et gauche

LES MOMENTS MUSICAUX DES ALPES MARITIMES PRESENTE CE CONCERT

CONCERT Jeudi 21 décembre 2017

Programme :

Marc-Antoine Charpentier (1643 – 1704)
Oratorio In nativitatem domini canticum H.416
Messe de Minuit H.9

Distribution :

Dominique Visse, direction musicale
Matthieu Romano, chef de chœur

David Tricou, haute-contre solo
Martial Pauliat, ténor solo
Renaud Delaigue, basse solo

Ensemble Aedes – 17 chanteurs
Ensemble Café Zimmermann – 16 instrumentistes

  • Café Zimmermann convie Dominique Visse à la direction musicale et l’ensemble Aedes pour un programme proposé pour la période de Noël et consacré à des œuvres de Marc-Antoine Charpentier.
  • Les deux pièces de ce programme allient à merveille des thématiques et des formes musicales du profane et du sacré. L’oratorio In Nativitatem Domini, motet dramatique créé sans doute en 1676 pour l’église jésuite de Paris St Paul – St Louis, est d’une grande diversité dans les formes musicales (rondeau, marche, …). La Messe de minuit, « messe-parodie » s’inspirant de chants populaires, est une œuvre lumineuse qui célèbre les temps festifs de Noël.
RESERVEZ

RESERVATION

LES MOMENTS MUSICAUX DES ALPES MARITIMES PRESENTE CE CONCERT
RESERVEZ

Lors de la saison 2016-2017, Dominique Visse incarne le rôle de Delfa (Il Giasone de Cavalli) au Grand Théâtre de Genève et le rôle de La Vieille (Orfeo de Rossi) à l’Opéra royal de Versailles et à l’Opéra national de Bordeaux. Il chante par ailleurs à Cracovie le rôle du Scribe dans Il Terremoto de Draghi, avec le Poème Harmonique de Vincent Dumestre et poursuit par ailleurs son activité de chanteur/directeur musical de l’Ensemble Clément Janequin, en tournée en Suisse, Belgique et France (Festival de La Chaise-Dieu, Saint-Omer).

Parmi ses récents engagements, citons le rôle de Rigo dans Don Chisciotte in Sierra Morena de Conti (direction René Jacobs) au Teater an der Wien, à la Cité de la Musique de Paris et à la Philharmonie de Cologne, le rôle de La Vieille (Orfeo de Rossi) à l’Opéra National de Lorraine (direction Raphaël Pichon), la création de Wonderful Deluxe de Brice Pauset, au Grand Théâtre de Luxembourg et à Rotterdam ou encore, mais cette fois à la direction musicale, David et Jonathas de Charpentier avec l’Atelier lyrique de Tourcoing.

C’est à l’âge de 11 ans que Dominique Visse entre à la Maîtrise de Notre-Dame de Paris. En même temps, il commence des études d’orgue et de flûte qu’il achèvera au Conservatoire national de Versailles. Passionné de musique Médiévale et Renaissance, il rencontre en 1976 le grand pionnier de la voix de haute-contre Alfred Deller et devient son élève. Il travaille également avec Nigel Rogers, René Jacobs et William Christie.

En 1978, Dominique Visse fonde l’Ensemble Clément Janequin avec lequel il enregistre notamment une série de disques de chansons polyphoniques françaises de la Renaissance chez Harmonia Mundi qui sont devenus de véritables références dans ce répertoire. L’année suivante, il entre aux Arts Florissants en tant que chanteur et transcripteur de l’ensemble. Depuis cette époque, Dominique Visse est devenu l’un des artistes lyriques les plus demandés du milieu de l’opéra Baroque, collaborant avec René Jacobs, Jean-Claude Malgoire, William Christie, Philippe Herreweghe, Ton Koopman, Alan Curtis, Nicholas MacGegan, Christophe Rousset, Robert King, Ivor Bolton, Harry Bicket et Emmanuelle Haïm… sur les scènes des Opéras de Paris, Berlin, Cologne, Amsterdam, Lausanne, Tel Aviv, Montpellier, Houston, Barcelone, Munich, Versailles, la Monnaie à Bruxelles, au Téâtre du Châtelet et au Théâtre des Champs-Élysées à Paris, au Royal Opera House à Londres, en tournée au Japon et aux États-Unis… et aux Festivals de Glyndebourne, d’Aix en Provence, d’Innsbruck et d’Edimbourg.

Parmi les productions les plus mémorables auxquelles il a participé figurent La Calisto de Cavalli, Giulio Cesare (Nireno) et Agrippina, Il Paride de Bontempi avec Christina Pluhar, L’Incoronazione di Poppea ou encore David et Jonathas avec les Arts Florissants au Festival d’Aix-en-Provence, au Festival d’Edimbourg, à l’Opéra comique de Paris, au Théâtre de Caen et à la Brooklyn Academy of Music…

Mais Dominique Visse ne se limite pas au répertoire Baroque et chante dans Les Brigands d’Ofenbach, mis en scène par Jérôme Deschamps, et sous la direction de Charles Dutoit, enregistre pour Decca le rôle de La Marquise dans Le Gendarme incompris de Poulenc. Il interprète le rôle d’Oreste dans La Belle Hélène dans une mise en scène d’Herbert Wernicke au Festival d’Aix en Provence repris au festival de Salzbourg.

Dominique Visse est également sollicité pour chanter des œuvres contemporaines comme Outis de Luciano Berio à La Scala de Milan, Perela, L’homme de fumée de Pascal Dusapin à l’Opéra de Paris, La Frontière de Philippe Manoury aux Bouffes du Nord, La Dispute de Benoit Mernier à la Monnaie de Bruxelles, Mare Nostrum de Kagel dans une production de la Péniche Opéra et avec Jean-Claude Malgoire, ou encore la création franco-japonaise Yumé, à la Maison du Japon à Paris, l’Opéra de Reims et au Téâtre Liberté de Toulon. C’est également avec Jean-Claude Malgoire et l’Atelier Lyrique de Tourcoing que Dominique Visse s’est produit dans L’Anfparnaso et Gianni Schicchi. Dominique Visse a enregistré plus d’une centaine de disques, principalement chez Harmonia Mundi. Parmi les plus récents, citons L’Écrit du Cri, avec l’Ensemble Clément Janequin, qui couvre une période allant de la Renaissance à nos jours ; Parole e Querele d’Amore avec Agnès Mellon et son ensemble Barcarole chez le label Zig Zag ; un enregistrement consacré à Dowland, Tunes of Sad Despair, avec le célèbre consort de violes Fretwork et le luthiste Éric Bellocq, chez Satirino records ; Au Sainct Nau chez Alpha ; ou encore, en DVD, David et Jonathas dans la production d’Aix-en-Provence avec les Arts Florissants. Remarquons son dernier enregistrement « 1515, oeuvres sacrées de Jean Mouton, maître de chapelle de François 1er » qui fut récompensé de l’Orphée d’Or 2015 du meilleur enregistrement de musique sacrée.

A venir notamment lors de la saison 17/18 : Le Couronnement de Poppée à Angers Nantes Opera, La Calisto au Bayerishe Staatsoper.

Fondé en 2005 par Mathieu Romano, l’Ensemble Aedes a pour vocation d’interpréter les œuvres majeures et les pièces moins célèbres du répertoire choral des cinq siècles passés, jusqu’à la création contemporaine.

Composé de dix-sept à quarante chanteurs professionnels, l’Ensemble Aedes a déjà inscrit à son répertoire de nombreux cycles a cappella, participé à des projets d’oratorios et d’opéras mis en scène et proposé différents programmes pour chœur et piano, orgue ou ensemble instrumental

Il collabore régulièrement avec des ensembles renommés tels que le Cercle de l’Harmonie (direction : Jérémie Rhorer), les Musiciens du Louvre Grenoble (direction : Marc Minkowski), l’Orchestre Philharmonique de Radio France, le Choeur de la Radio Lettone (direction : Sigvards Klava) ou encore la Maîtrise de Paris (direction : Patrick Marco).

L’ensemble, en résidence au Théâtre d’Auxerre, au Théâtre Impérial de Compiègne et à la Cité de la Voix de Vézelay, s’est déjà produit dans de nombreuses salles prestigieuses telles que la Philharmonie de Paris, à la Salle Pleyel, au Théâtre des Champs-Elysées, à l’Opéra royal de Versailles, à l’Opéra de Bordeaux, aux Festivals de Saint-Denis, de La Chaise-Dieu, d’Ambronay, de Radio France et Montpellier, ainsi que dans divers théâtres et scènes nationales. En 2014, il assure les choeurs de deux productions du Festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence.

La musique du 20e siècle et la création contemporaine tiennent une place essentielle dans les activités de l’ensemble. En 2008, l’Ensemble Aedes crée une commande faite au compositeur Philippe Hersant. En 2011, il crée un oratorio pour chœur de Thierry Machuel dans le cadre du Festival de Clairvaux. En 2012, il assure la création française de Furcht und Zittern, oeuvre de Brice Pauset en partenariat avec l’Orchestre Dijon Bourgogne. Des œuvres de Philippe Fénelon, Jonathan Harvey ou encore Aurélien Dumont et Philip Lawson font partie de son répertoire.

L’Ensemble Aedes a gravé un premier disque consacré au compositeur Franz Liszt et intitulé « Via crucis » en 2007. Son premier disque a cappella intitulé « Ludus verbalis » (Eloquentia / Harmonia Mundi) et consacré aux musiques profanes du 20e siècle, est paru en juin 2011 et a été récompensé d’un Diapason découverte et d’un prix de la deutsche Schallplattenkritik. Le deuxième volume, paru en novembre 2012, et le disque « Instants limites » (Aeon / Harmonia Mundi) consacré au compositeur Philippe Hersant, paru en septembre 2013, ont tous deux été récompensés d’un Diapason d’or. Le double-disque « Ludus verbalis, volumes III et IV » (NoMadMusic), consacré aux musiques sacrées du 20e siècle, est paru en avril 2015.

En juin 2016, l’Ensemble Aedes est nommé Révélation musicale de la saison par l’Association Professionnelle de la Critique Théâtre Musique et Danse.

L’Ensemble Aedes, en résidence en régions Bourgogne et Picardie, développe chaque année une véritable saison parallèle d’actions pédagogiques et culturelles, aussi importante que celle des concerts et spectacles. L’Ensemble s’investit dans des projets éducatifs auprès de scolaires, d’étudiants en direction, et de chanteurs ou chefs, amateurs ou jeunes professionnels. Soucieux de partager la musique partout et avec tous les publics, l’Ensemble Aedes a également pour ambition de diffuser la musique dans des lieux qui en sont éloignés, comme les milieux hospitaliers ou pénitentiaires.

Très tôt attiré par le chant, David Tricou se forme au côté de Marie-Pierre Desjoyaux pour développer sa voix de ténor. Il entre ensuite en 2003 au conservatoire de Montpellier, sa ville natale, où il étudie le répertoire lyrique auprès de Nicolas Domingues et Françoise Pollet.

En 2007, c’est auprès de Jérôme Correas qu’il s’initie au répertoire baroque et qu’il travaille sa voix de haute-contre à la française. Deux ans plus tard, il est admis au Conservatoire National Supérieur de Paris, où il se forme tout d’abord avec Malcolm Walker puis avec Yves Sotin, il y reçoit par ailleurs les conseils de Claudio Desderi, Margreet Honig, Maarten Koningsberger, …

​Ses premières expériences de soliste remontent à 2006, où il chante dans le Requiem de Saint-Saëns et la Messe de Sainte Cécile de Gounod à la cathédrale Saint-Pierre de Montpellier.

​Dès 2008, sa passion pour le répertoire baroque, l’amène à chanter dans des lieux prestigieux sous la baguette de chefs d’orchestre tels que William Christie dans Pygmalion et Anacréon de Rameau en tournée internationnale, Jean-Claude Malgoire dans le Messie de Haendel à la cathédrale de Reims ou encore Vincent Dumestre dans l’Egisto de Cavalli à l’Opéra Comique de Paris et au Grand Théâtre du Luxembourg et, plus récemment, Raphael Pichon dans l’Orfeo de Rossi au Palais Royal de Versailles et dans les Opéras de Nancy, Bordeaux et Caen.

C’est en 2011 que sa rencontre avec Michel Piquemal donnera lieu à plusieurs productions telles que la cantate scénique Carmina Burana de Orff , le Requiem de Mozart, la Messe Solennelle de Caillebotte mais aussi la Messe en mi bémol Majeur de Schubert.

Depuis cette même année, David chante dans de nombreux opéras et oratorios allants du répertoire baroque tels que Castor et Pollux (l’athlète, le grand prêtre) de Rameau, ou Vénus et Adonis (un chasseur, Ténor solo) de Blow, au répertoire contemporain avec la création Les contes de la lune vague après la pluie (Homme sur le lac, nourrice, …) de Xavier Dayer, en passant par le classique et le romantique avec Die Zauberflöte (Tamino), Mitridate (Marzio) et Cosi fan tutte (Ferrando) de Mozart, Armida (Ubaldo) et Die Schöpfung (Uriel) de Haydn, Adolphe et Clara (Adolphe) de Dalayrac, Stratonice (Antiochus) de Méhul ou L’elixir d’amour (Nemorino) de Donizetti.

​Egalement attiré par la comédie musicale, il a été entendu dans Liverpool Oratorio (Shanty) de Mac Cartney, Cats (Bustefer Johns, Mathusalem) de Weber ou encore dans Les Misérables (Marius) de Schoenberg au Zénith de Montpellier.

Il se produit également en récital interprétant des mélodies françaises et Lieder allemands qu’il affectionne particulièrement, accompagné par la pianiste Masumi Fukaya.

​David Tricou s’est fait remarquer par la critique pour ses qualités vocales et expressives « […] haute-contre dans la tradition française, ténor aigu en voix naturelle, puissante et d’une ligne de chant très séduisante […] ».

Martial Pauliat commence enfant ses études musicales par le biais de la manécanterie des Petits Chanteurs Limousins et du conservatoire de Limoges. Ses différents professeurs lui apportent le goût du chant et de la musique. A l’âge de 16 ans, sa motivation l’entraîne à quitter sa ville natale pour la capitale où il intègre la maîtrise de Notre-Dame de Paris dirigée par Lionel Sow. En formation professionnelle, il participe dans ce cadre à de prestigieuses master-classes (Margreet Hönig, Udo Reinemann, Alain Buet…) et concerts. Il y suit l’enseignemnent d’Yves Sotin, de Marguerite Modier et de Sylvain Dieudonné.

Passionné de musique ancienne, il a eu l’occasion de travailler avec Dominique Vellard et Gerd Türk, tous deux professeurs à la Scola Cantorum de Bâle. Il crée en 2008 avec Igor Bouin et Yann Rolland le Trio Musica Humana qui se destine à l’interprétation des musiques de la Renaissance. En 2012, il est le lauréat du prix de chant de l’académie Maurice Ravel de Saint Jean de Luz. Il conclut en 2013 un cycle spécialisé de basse continue au CRR de Boulogne-Billancourt dans la classe de Frédéric Michel. En 2014 il crée Hybris, un ensemble spécialisé en Musique baroque ayant pour vocation d’ouvrir ce répertoire à un public plus large.

Martial se produit régulièrement avec le Concert Spirituel, l’ensemble Clément Janequin, l’ensemble Doulce mémoire, l’ensemble Aedes, les Traversées Baroques ou encore prochainement avec l’ensemble Pygmalion.

Formé au CNSM de Lyon et rompu aux planches par deux saisons passées dans les murs de l’Atelier Lyrique de l’Opéra national de Lyon, Renaud Delaigue se frotte aux grands rôles de basses mozartiennes, notamment dans le cadre du Festival de Saint-Céré (Sarastro, sous la direction de Stéphane Denève), avant d’être repéré par quelques grands noms de la musique ancienne : Dominique Visse – grand prêtre de la polyphonie de la Renaissance, qui le recrute aussitôt comme l’un des piliers de son fameux Ensemble Clément Janequin -, Jean-Claude Malgoire, qui lui confie coup sur coup des rôles dans sa trilogie Monteverdi (Seneca, Caronte, Nettuno…), mais aussi dans Gianni Schicchi, L’Enfance du Christ, Le Barbier de Séville (Basilio), Don Giovanni (Masetto et le Commandeur), La Clémence de Titus (Publio), sans oublier le Messie de Haendel, le Requiem de Mozart ou la Neuvième Symphonie de Beethoven -, mais encore William Christie, Rinaldo Alessandrini , Hervé Niquet ou Christophe Rousset qui, de David et Jonathas de Charpentier à Psyché de Lully, en passant par La Didone de Cavalli ou Médée de Charpentier, l’adoubent définitivement comme l’une des voix chéries de la scène baroque.

Cependant, comptant également à son actif des expériences aussi diverses que Benvenuto Cellini (le Pape) et L’Enfance du Christ (Hérode) sous la baguette de John Nelson à Notre-Dame-de-Paris, Séville et Gran Canaria, un Pelléas et Mélisande revisité par Alexandre Taraud au Musée d’Orsay, Les Pécheurs de perles (Nourabad) à Plovdiv, Elias de Mendelssohn et La Passion selon Saint-Matthieu de Bach avec Kurt Masur, Le Déluge de Saint-Saëns et La Chute de la maison Usher de Debussy aux côtés de l’Orchestre national de France, ou encore la création contemporaine Lolo Ferrari de Michel Fourgon à l’Opéra de Rouen, Renaud Delaigue est bien loin, à l’évidence, de borner son champ d’exploration vocale à la seule musique ancienne.

Ces dernières saisons, on a également pu l’entendre dans L’italienne à Alger (Haly) à Tourcoing et au Théâtre des Champs Elysées, Roméo et Juliette de Berlioz (Frère Laurent) à Saint-Louis (USA) sous la direction de Leonard Slatkin, Pelléas et Mélisande (Arkel) à Tourcoing, Don Giovanni (le Commandeur et Masetto), Tannhaüser (le Landgrave) et Aleko (le vieux Tzigane) au Centre Lyrique de Clermont-Auvergne, Alceste, Jules César (Curio) et La Flûte enchantée (deuxième homme d’armes) au Théâtre des Champs-Elysées, Le Barbier de Séville (Fiorello au Théâtre des Champs-Elysées et Basilio à l’Opéra de Rennes, Orléans, à Tourcoing et au Théâtre des Champs-Elysées également), Tosca (Angelotti) à Reims et au Festival de Sédière et enfin dans Carmen (Zuniga) à l’Opéra de Lille, au Théâtre de Caen et à l’Opéra de Limoges.

A noter lors des saisons 2016/2017 et 2017/2018: le rôle de Charon (L’Orfeo de Monteverdi) à l’Opéra de Dijon, le Requiem de Mozart avec l’Orchestre régional Avignon Provence, le rôle d’Arkel (Pelléas et Mélisande de Debussy) à l’Atelier lyrique de Tourcoing, le vieillard hébreux (Samson et Dalila de Saint-Saëns) au Théâtre des Champs-Elysées, une première collaboration avec l’ensemble Cappella Mediterranea – dirigé par Leonardo Garcia-Alarcon – autour du programme « Péchés Capitaux », donné à New-York, Namur et Genève, puis autour du programme « Amore Siciliano » à Bourges, une série de concerts autour de Giona de Bassani avec l’ensemble Chiome d’Oro, ainsi que de nombreux concerts avec les Traversées Baroques, La Simphonie du Marais, l’ensemble Diabolus in Musica ou encore l’ensemble Clément Janequin, tant en France qu’à l’étranger. 

Détails

Date :
décembre 21
Heure :
19 h 00 min - 22 h 00 min
Catégorie d’Évènement:

Lieu

Cathédrale Sainte-Réparate
Place Rossetti
NICE, 06300 France
+ Google Map

Organisateur

Les Moments Musicaux Des Alpes-Maritimes